LLU Lexikon der Luxemburger Umgangssprache
 
Gakeg, Gokeg bis Gâpsert (Bd. 1, Sp. 162 bis 164)
 
Gakeg, Gokeg, dumm, einfältig, linkisch, sot. — Engl. gawskey (gakeh).
 
Gäl, pl. -en, m. (pêch.), das Wurfgarn, Wurfnetz, l'épervier, m.
 
Galé, m., die Galeere, la galère. — Mittellat. galea; engl. galley; ital. galêa; holl. galei. — Prov. Qu'allait-il faire dans cette galère? se dit d'un homme qui s'est engagé dans une mauvaise affaire.
 
Galée, f. (impr.), ais à rebords pour poser les lignes, das Schiff, Setzerbrett mit niedrigem Rande.
 
Galéer, pl. id., m., der Galeerensklave, le galérien, le forçat.
 
Galéhuwel, pl. -en, m. (men.), der Schürfhobel, la galère.
 
Gâlgen, pl. id., f., ein gemeiner Ausdruck für Hosenträger, bretelles. — Engl. gallowses; schwz. Galgen.
 
Galm, m., der Qualm, Dunst, la vapeur. — Celt. gal; holl. walm.
 
Galonéren, part. galonéert, galonner, mit Tressen, Borten besetzen. — Span. galonear.
 
Galopin, m., petit commissionnaire, der Laufjunge, Laufbursche; der Gassenjunge. — Celt. galopina (gall, schnell, omp, Gang, marche); mittellat. galopinus.[S. 163]
 
Galosch, f., ein Knabenspiel. — En Franche-Comté les enfants dressent une petite pierre qu'ils appellent galline, à laquelle ils butent. (Gal, but, Ziel.)
 
Gamelle, f., grande écuelle de bois pour les soldats, die Soldatenschüssel. — Mittellat. gamelum; ital., span. gamella. — Vergl. lat. camella, vase de bois dont on se servait dans les sacrifices.
 
Gamin, m., der Gassenjunge, listiger, verschmitzter Junge.
 
Gamm, pl. -en, f. (jard.), das Pfropfreis, la greffe, portion de rameau ou d'écorce portant bouton, qu'on prend pour enter. — Vergl. gemme, lat. gemma, bouton des plantes.
 
Gamm, f. (gemein), das Maul, der Fraß, la bâfre. — Vergl. Gumm, Gaumen; ahd. gaumo, Mahlzeit; lat. gumia, gefräßig; schwed. gam, der Geyer (ein gieriger Vogel); Gammel, die Lust, der Kitzel.
 
Gamme, f. Table des notes de musique selon l'ordre des tons naturels, die Tonleiter.
 
Gammssen, part. gegammsst, gieren, Gier nach etwas empfinden, mit den Augen verschlingen, convoiter, désirer avec ardeur, dévorer des yeux. — Vergl. gaumsen, den Mund öffnen, gaffen.
 
Ganache, f., fig. der Dummkopf. — Vergl. lat. gena; ital. ganàscia, joue, mâchoire; fig. qui a la mâchoire pesante, l'esprit lourd. — Le mot ganache n'a guère droit à l'honneur que nous lui faisons, et nous l'aurions complétement passé sous silence, si l'empereur Napoléon ne s'en était servi un jour dans une circonstance importante. Madame, disait l'empereur à l'impératrice Marie-Louise, votre père est une ganache. L'impératrice, qui ne savait pas assez le français pour comprendre tout ce qu'il y a de sel attique dans cette injure: ganache, s'en va demander à Duroc (*) ce que veut dire le mot ganache, appliqué par l'empereur Napoléon à l'empereur d'Autriche. »Ganache, reprend Duroc, cela veut dire grand homme. Le père de Votre Majesté est un grand homme.« Voilà l'impératrice qui ne dit mot; mais, à quelques mois de là, un jour que l'empereur Napoléon présentait à l'impératrice un de ses généraux vainqueurs, qui lui venaient de toutes les frontières: »Monsieur le général, dit l'impératrice, avec son plus aimable sourire, vous êtes une illustre ganache.« — Voilà comment les plus petits mots de carrefour peuvent avoir au besoin une existence impériale et royale. Le Dictionnaire de l'Académie les rejette, l'histoire s'en souvient. (Jules Janin.)
 
Gângs, stracks, sogleich, in einem Gange, de ce pas, sur-le-champ. — Hunsr. Mdt. gangs; mittelalt. gahs, gahes.
 
Gäns, f. (mus.), das Ueberschnappen, le canard, son nasillard et rauque produit par les instruments à anches.
 
Gänskapp (en as e'), er ist ein Dummkopf, c'est un sot. — Engl. he is a goose-cap.
 
Gänskraitchen, n. (bot.), 1° die Gänsedistel, le laiteron; 2° das Ackergauchheil, le mouron des champs.[S. 164]
 
Ganse, f., der Gimpf, die Hutschnur. — Lat. ansula.
 
Gantéert, ganté, mit Handschuhen an den Händen. — Span. enguantado.
 
Gâpsen, part. gegâpst, gähnen, hojahnen, baîller. — Nds., holl. gapen, engl. gape; schwd. gapa. — Vergl. angels. geapan, öffnen, und gapen, gaffen, offen stehen, auseinandergesperrt sein.
 
Gâpsert, pl. -en, m., der Gähner, le baîlleur. — Engl., holl. gaper.

 

Eingabe
Wörterbuchtext:
Stichwort:
 
  

 

© 2010 - Projekt LexicoLux des Laboratoire de linguistique et de littératures luxembourgeoises der Universität Luxemburg, in Kooperation mit dem Kompetenzzentrum für elektronische Erschließungs- und Publikationsverfahren in den Geisteswissenschaften an der Universität Trier
Hinweis zum problematischen Wortgut