LLU Lexikon der Luxemburger Umgangssprache
 
Margott bis Mäschen (Bd. 1, Sp. 282 bis 284)
 
Margott, f. (jard.), der Ableger, Absenker, la marcotte, jeune branche couchée en terre pour l'y faire prendre racine.
 
Mârgrétchen, pl. Mârgrétercher, f. (bot.), die Maßliebe, Gänseblume, la marguerite, paquerelle.
 
Mariage, m. Nom d'un jeu de cartes où le principal avantage consiste de réunir dans sa main un roi et une dame de même couleur.
 
Mariage (bèlle'), m. Mariage d'atout, le roi et la dame de la couleur retournée, Mariage in Trumpf.
 
Mariage de convenance, m., celui qui est fondé sur des rapports de condition, de famille ou d'intérêt, mais sans que l'union soit inégale quant à l'âge ou aux autres qualités, die Convenienz=, Schicklichkeits= Heirath.[S. 283]
 
Mariage de raison, celui auquel les parties sont déterminées par le raisonnement plutôt que par la passion, die Vernunftsheirath.
 
Mârk, pl. -en, f., der Markstein, Grenzstein, la borne. Pierre qui sert de terme et de limite à un héritage. — Celt. marc; angels. mærc.
 
Marketèntesch, pl. -en, f., die Marketenderinn, la vivandière, qui suit les troupes et leur vend des vivres. — Holl. marketendster.
 
Markolf, m., s. Kola.
 
Marmite, f., der metallene Kochtopf, Fleischtopf. — Ce mot a été dit premièrement d'un pot de marbre de la forme d'un mortier. Les marmites furent ensuite de terre, puis de cuivre et de fer qui s'échauffent plus aisément. — Celt. marmid; ital., span. marmita. — Dans l'assemblée constituante, le 17 mai 1790, on proposa de faire une monnaie de cuivre de mince valeur, pour favoriser la circulation des assignats. Où prendre le cuivre, demande l'abbé Maury? Il n'y a qu'à employer, répond Murinais, les casseroles de tous ceux dont on a renversé les marmites. (Courrier français.) — Èng Schaffèt sot am Eifer zu hirer Nopesch: Ech schloën der meng Marmite um Kapp durech. — Wât hois-d'an denger Marmite? — E' gude' Kapaun. — Da' loss mer en zesoimen ièssen.
 
Marmotte, f. Gros rat de montagne. quadrupède rongeur de la famille des loirs, qui dort pendant tout l'hiver, das Murmelthier. — Engl. marmot; ital., span. marmotta; lat. marmota alpina. Jn Graubünden marmont, mus montanus. Les habitants des Alpes lui donnent le nom de magnote. — E' schléft wé èng Marmotte.
 
Marmotte (cost.), coiffure de femme qui consiste dans un morceau d'étoffe placé sur la tête, la pointe en arrière et les bouts noués sous le menton, Art Kopftuch.
 
Marmotte'bir, pl. -en, f., die Bergamottenbirne, Fürstenbirne, la bergamotte. — Le cardinal du Perron, dans son Perroniana, dit: je pensois que les poires, que nous appelons de bergamottes, fussent ainsi nommées à cause de Bergame, et qu'elles fussent venues d'Italie; mais elles viennent de Turquie, car en langue turquesse beg (bey) veut dire seigneur, et armol, poire. Les Italiens, au lieu de begarmond, ont dit, par transposition de lettres, bergamotta, d'où nous avons fait bergamotte. (Ménage.)
 
Marokeng, m., der Saffian, das marokkanische Leder, le maroquin, cuir de bouc ou de chèvre, apprêté avec de la noix de galle ou du sumac, à l'imitation de celui qui se fabrique à Maroc. — Ital. marrochino.
 
Maron, m. (milit.). Pièce de cuivre ou petit anneau de fer que les rondes déposent, à chaque poste, dans une boîte destinée à cet usage, das Rundezeichen, womit eine Patrouille, die es jederzeit an die nachfolgende abgibt, erweisen kann, sie habe ihre Pflicht gethan.
 
Marquette, f. (cout.), das Modeltuch für Mädchen, welche Buchstaben, Namen, u. s. w. ausnähen lernen.
 
Marqueur, m. (bill.), celui qui compte et marque les points de chaque joueur, der Spielwärter, Spielmerker. — Engl. marker.[S. 284]
 
Marsch (èngem de') mâchen, Jemanden den Text lesen, ihn auskapiteln, chapitrer quelqu'un, réprimander une personne, lui remontrer sa faute en termes un peu sévères.
 
Mârt, pl. Miært, m., der Markt, le marché. — Obd. Märt; engl. mart. — Prov. Den Dâg nohm Mârt kommen, zu spät kommen; engl. to come a day after the fair, lat. post festum (nach dem Feste).
 
Mârteler, lahm, perclus, estropié. — En as mârteler mat èngem Been, il est perclus d'une jambe.
 
Mârten, part. gemârt, handeln, feilschen, marchander. — Engl. mart.
 
Martinet, m. Espèce de fouet qui est formé de plusieurs brins de corde attachés au bout d'un manche, et dont les maîtres d'école se servaient pour corriger les enfants, die Schulgeißel. — Vergl. Martin, Martin-bâton, baguette qui sert à battre les animaux rebelles, der Eselstreiberstecken.
 
Mârtkoirw, pl. -kièrw, m., der Marktkorb (Henkelkorb zum Markteinkaufe), le panier à anse, panier de marché.
 
Mâscht, f., die Mast (für Schweine), la glandée. — Vergl. celt. mas, Eichel.
 
Mæs (écon.), wird gesagt von einer Kuh die keine Milch gibt, auch gelt, güst (unfruchtbar, von den Weibchen der Thiere), brehaigne. — Mittelalt. mez.
 
Mäschen, pl. Mäsercher, f. (h. n.), die Meise (ein Singvogel), la mésange. — Angels. mâse; mittellat. meisa; holl. mees; nds. Meeske.

 

Eingabe
Wörterbuchtext:
Stichwort:
 
  

 

© 2010 - Projekt LexicoLux des Laboratoire de linguistique et de littératures luxembourgeoises der Universität Luxemburg, in Kooperation mit dem Kompetenzzentrum für elektronische Erschließungs- und Publikationsverfahren in den Geisteswissenschaften an der Universität Trier
Hinweis zum problematischen Wortgut