LLU Lexikon der Luxemburger Umgangssprache
 
Pousséren bis Prêt (Bd. 1, Sp. 355 bis 357)
 
Pousséren (sech), se pousser, sich heben, emporschwingen.
 
Poux (ou pou) de soie, m., grosse étoffe toute de soie, toute unie et sans lustre, qui a un grain pareil au gros de Naples, et un peu moins serré que les gros de Tours, eine Art starkes Seidenzeug.
 
Praffen, part. geprafft, pfropfen, impfen, enter, greffer. — An 't Holz praffen, in den Spalt pfropfen, enter en fente. — An 't Schiäl praffen, in die Rinde pfropfen, enter en écusson, en écorce. — Jong geprafft Bäm, junge gepropfte Bäume, de jeunes entes.
 
Praimchen, pl. Praimercher, f., 1° das Pfläumchen, la petite prune; 2° das Priemchen, ein Mundvoll Kautabak, la chique. — Nds. der Prüntzer. S. Schick.
 
Pralé, pl. -en, f., die in Zucker geröstete Mandel, la praline, amande douce recouverte de sucre légèrement caramélisé. Sorte de dragée faite d'amandes rissolées dans le sucre. On appelle praline cette sorte de bonbon, parce que l'inventeur était un sommelier du maréchal du Plessis-Pralin.

Sœur Rosalie, au retour des matines,
Plus d'une fois lui porta des pralines. (Vert-vert.)

[S. 356]
 
Pratik, pl. -en, f., 1° die Praris; 2° die Kunde, la pratique. — Holl. pratijk. — Dir krit meng Pratik net, vous n'aurez pas ma pratique.
 
Pratikelech, geschickt, künstlich, adroit.
 
Pratique, f., instrument d'acier ou de cuivre dont les joueurs de marionnettes se servent pour changer le son de la voix, die Stimmröhre.
 
Prattz, pl. -en, f., die Klaue, Pfote, Tatze, auch die breite, plumpe Hand, la patte. — Schwb. Brazz; obd. Pratze.
 
Praum, pl. -en, die Pflaume, la prune. — Holl. pruim; obd. prume, praume; gr. prumnon.
 
Praume'koch, pl. -en, ein (verbotenes) Hasardspiel, wahrscheinlich so genannt wegen seiner Aehnlichkeit mit einem großen Pflaumkuchen, woraus man die Pflaumen genommen hätte, le jeu du Praumenkoch.
 
Préambule (præ und ambulare), m., die Vorrede, der Eingang. — Engl. preamble; mittelalt. priamel.
 
Precèpter, pl. -en, m., le précepteur, der Hauslehrer, Hofmeister, Präceptor. — Lat. præceptor.
 
Précepteur (hist. eccl.), il s'est dit des commandeurs de l'ordre du Saint-Esprit. — Un des grands dignitaires des templiers. — Grand officier de l'ordre de Malte.
 
Précipité, m. (chim.), dépôt opéré par la précipitation, der Niederschlag, das Präcipitat.
 
Preemptéren, préempter (præemere), acheter par avance, en vertu d'un droit, se dit du fisc qui prend à son compte les marchandises dont la valeur est déclarée inexactement, ou que l'on cherche à faire passer pour une valeur trop faible, vorkaufen.
 
Preferéerten, Preferènter, pl. id., m., der Vorgezogene, le préféré.
 
Preferènz, f. la préférence, der Vorzug. — Engl. preference; ital. preferenza. — 't Preferènz hoin, das Prä haben, avoir la préférence.
 
Preferènz (jeux), préférence, il se dít au jeu de pique madrille de la couleur qui, dans le cas de concurrence, l'emporte sur les trois autres.
 
Preier, pl. -en, m., der Prior, le prieur, celui qui a la supériorité et la direction dans certains monastères de religieux. — Engl. prior (preier). — Prieur, titre du président de plusieurs anciens tribunaux de commerce, à Toulouse, à Montpellier, etc. — Prieur du peuple romain (hist.), magistrat municipal de Rome, nommé par le pape, et renouvelé chaque trimestre.
 
Prescribéren, prescrire, verjähren.

La peine se prescrit, et la honte jamais! (Barthélemy.)


 
Preparativen, pl., les préparatifs, die Vorbereitungen, Anstalten. — Altfranz. préparatoire; engl. preparation.
 
Presomptión, f., die Vermuthung, starke Wahrscheinlichkeit, der Dunkel, la présomption. — Engl. presumption.[S. 357]
 
Présomption (jurisp.,). Conséquence que la loi ou le magistrat tire d'un fait connu à un fait inconnu.
 
Presséren, presser, être pressé, Eile haben. — Wann Der prèsséert sit, da' lâft, si vous avez hâte, courez devant. — Dee' Bréw prèsséert, dieser Brief hat Eile, ist pressant, cette lettre est pressée (doit être rendue promptement).
 
Prêt, la paye (ce qu'on paie par cinq jours aux soldats), die Löhnung. — Faire le prêt (anc. cout.), frotter sur un morceau de pain tous les objets, tels que cuiller, fourchette, couteau, etc. qui doivent servir à la table du roi, et faire manger ensuite ce morceau de pain au chef du gobelet.

 

Eingabe
Wörterbuchtext:
Stichwort:
 
  

 

© 2010 - Projekt LexicoLux des Laboratoire de linguistique et de littératures luxembourgeoises der Universität Luxemburg, in Kooperation mit dem Kompetenzzentrum für elektronische Erschließungs- und Publikationsverfahren in den Geisteswissenschaften an der Universität Trier
Hinweis zum problematischen Wortgut