LLU Lexikon der Luxemburger Umgangssprache
 
Stènner bis Stirzen (Bd. 1, Sp. 432 bis 434)
 
Stènner, m. (bal.), der Wagehalter, le porte-balance.
 
Stésser, pl. id., m., 1° der Stößel (eines Mörsers), le pilon; 2° das Nadelkissen, la pelote. S. Pelote.
 
Stiædtsflapp, pl. -en. m., spöttische Benennung des Stadtbewohners, des Städters, le bourgeois, citadin.

D'Grédchen dé Lab
Danzt mam Stiedsflap.


 
Stiælchen, pl. Stiælercher, m., das Musterchen, Pröbchen, le petit échantillon. — Holl. staaltje.
 
Stiærksen, part. gestiærkst, stark schmecken, einen starken Geschmack haben, avoir un goût fort désagréable.
 
Stiærkt, f., die Stärke, la force. — Holl. sterkte.
 
Stièch, m. (méd.), das Seitenstechen, la pleurésie. Douleur de côté fort vive, causée par l'inflammation de la plèvre.
 
Stièchen, part. gestacht, 1° stechen, piquer; 2° stecken, mettre. — Prés. Ech stièchen, du stechs, e' stecht, mir stièchen, etc. — E' stecht seng Nois an alles, er mischt sich in alle Sachen, il se mêle de tout; holl. hij staat overal zijnen klost.
 
Stièck, pl. -en, m., der Pflock, dicke Pfahl, die Stakete, le pieu. — Angels. staca; ahd. stichil; mhd. stickel; engl. stake; ital. steccòne.
 
Stièck, pl. -en, m. (jard.), der Schutzpfahl, le tuteur, piquet ou bâton fiché en terre pour soutenir un arbre.
 
Stièckes, pl. -sen, m., der Schlingel, der lange unbehülfliche Mensch, le flandrin. — De quel pays est donc ce grand jeune homme dont le jargon est si singulier et les manières si empruntécs, demande[S. 433] une dame? On lui répond: de la Flandre. Quelques jours après, se retrouvant avec les mêmes personnes: où est donc, dit-elle, ce grand Flandrin? On rit, et le nom de flandrin reste à tous les hommes grands, secs et peu maniérés. — On dit aussi chevaux flandrins ou simplement flandrins, en parlant de chevaux maigres et élancés.
 
Stièffe' rîcht aus, sagt man im gemeinen Leben von einem unbehülflichen, auch dummen Menschen, s. Gôk.
 
Stèr, pl. -en, m., der Stern, l'étoile, f. — Celt. ster, ce mot paraît avoir fait partie de la langue primitive; engl. star; holl. ster; star. — 't Lucht as voll Stièren; holl. de lugt is voll starren, le firmament est rempli d'étoiles.
 
Stière'kiker, pl. id., m., der Himmelsgucker, eine halb scherzhafte, halb spöttische Benennung eines Sternsehers, l'astrologue. — Holl. starrekijker.
 
Stièrw, m., das Sterben, die Sterblichkeit, la mortalité. — Obd. die Sterbe; holl. sterfte. — Des paysans mandaient à madame de Maintenon qu'ils craignaient beaucoup pour sa santé et'pour celle du Roi, attendu qu'il y avait une grande mortalité sur les bêtes.
 
Stièrwen, part. gestoirwen, sterben, mourir. Prés. Ech stièrwen, du stirws, e' stirwt, mir stièrwen, dir stièrwt, sie stièrwen. — Engl. starve; holl. sterven. — 't ass bèsser zweemol verdoirwen, wé eemol gestoirwen. — Dee' vun der Hoffnong lièwt, risquéert vun Honger ze stièrwen, celui qui vit d'espérance, court risque de mourir de faim. (Franklin). — De' Louis XIV sot um Dódsbètt zur Madamm de Maintenon: Ech hat gedoicht et wir méh schwéer ze stièrwen.
 
Stil, pl. -en, m., der Stiel, le manche, la queue. — En as nièwen dem Stil, er ist verrückt, il a la cervelle démontée.
 
Still, pl. von Stull, die Stühle, les chaises. — E' setzt zweschent zwee Still am Drèck, il se trouve entre deux selles le cul à terre.
 
Stillchen, m., der Pranger, le pilori, carcan. S. Brand. Exposition.
 
Stillebón, pl. -bén, m., der Handbogen (Bogen mit einem Stiele, Schafte), l'arbalète à main, l'arc avec sa monture.
 
Stille'bón, fig., der Dummkopf, le sot, niais.
 
Stimuléren, stimuler, antreiben, anspornen. — Lat. stimulare; span. estimular.
 
Stîpen, pl., Mucken, wunderliche Anfälle, la boutade, quinte, des fantaisies, des goûts extraordinaires qui ne sont pas de durée.
 
Stir, pl. -en, f., die Stirn, le front. — Èng hég Stir, eine hohe Stirn, un front élevé. — En hoit èng Böls op der Stir, er hat eine Beule an der Stirn, il a une bosse au front. — Les Romains estimaient beaucoup les fronts étroits. Leurs femmes mettaient des bandeaux pour les avoir tels: Insignis tenui fronte Lycoris, disait Horace. — Les médailles de Sapho représentent cette belle Grecque avec un petit front, et le galant Ovide lui donne l'épithète de fronte brevis. — Cicéron veut que[S. 434] celui de d'orateur soit comme le front du tragédien, frons pene tragedorum.
 
Stirkelen, part. gestirkelt, schwanken, taumeln, straucheln, chanceler, trébucher, broncher. — Ndd. strukelen; holl. struikelen.
 
Stirzen, part. gesturt, schulpen, schütten, verschütten, répandre. — Holl. storten. — E' ka' net drenken óhné ze stirzen; holl. hij kann niet drinken zonder storten, il ne saurait boire sans répandre.

 

Eingabe
Wörterbuchtext:
Stichwort:
 
  

 

© 2010 - Projekt LexicoLux des Laboratoire de linguistique et de littératures luxembourgeoises der Universität Luxemburg, in Kooperation mit dem Kompetenzzentrum für elektronische Erschließungs- und Publikationsverfahren in den Geisteswissenschaften an der Universität Trier
Hinweis zum problematischen Wortgut