LLU Lexikon der Luxemburger Umgangssprache
 
Vatteronserlæchelchen bis Verboireg (Bd. 1, Sp. 463 bis 464)
 
Vatteronserlæchelchen, n. (anat.), der obere Theil der Luftröhre, unrechte Kehle, la glotte, trachée-artère.
 
Vaudeville, m., 1° chanson qui court par la ville, dont l'air est facile à chanter, et dont le sujet est ordinairement quelque aventure, quelque intrigue du temps, der Gassenhauer, das Volkslied; 2° petite comédie dans laquelle le dialogue est semé de vaudevilles.
 
Vaudeville, par corruption au lieu de Vau-de-Vire, de Vaux, coteau sur la Vire, en Normandie.
 
, pl. id., n., das Vieh, la bête, la brute. — Angels. feh; holl. vee.
 
Védéer, pl. -en, n., der Hausmarder, la fouine.
 
Véer, vier, quatre. — Nds. veer.
 
Véerèckege' Kièrel, m., vierschrötiger, untersetzter Mensch, homme carré, quadratus homo.
 
Véerel, pl. id., m., das Viertel, le quart, quartier, — E' vîscht Véerel, enVéerel, un quartier de devant, de derrière.
 
VeianenVianden, 9 Stunden nördlich von Luxemburg entfernt. Das Städtchen ist an zwei einander entgegenstehenden Abhängen gebaut, und die Our theilt es in zwei Theile. Jn Alt Vianden auf der Höhe des Berges, am rechten Ufer der Our, lag das Schloß, welches noch vor 20 Jahren (1825) wegen seiner Lage und Bauart die Aufmerksamkeit des Reisenden auf sich zog. Es ist verkauft und abgebrochen worden, Vianden. — Cette ville, que les Latins appellent Vianda ou Vienna, les Français Vienne en Ardenne, les Allemands Weinthal (vallon au vin), est située sur la rive gauche de l'Our, qui forme la limite de la Prusse et qui la sépare de son faubourg. Vianden est célèbre par son château, qui était une des magnificences du moyen-âge. C'était, après Luxembourg, la forteresse la plus importante du Duché et peut-être de toute la Belgique. Fondée sur l'emplacement d'une redoute romaine, son érection remonte aux IX et X siècles. (Itin. du Lux. Germ.) S. M. le Roi des Pays-Bas, Grand-Duc de Luxembourg, descend des des comtes de Vianden.
 
Velours, m. Il se dit d'un vice de langage qui consiste à mettre à la fin des mots des s sans nécessité pour lier les mots entre eux, Sprachfehler, wenn ein s fehlerhaft gesetzt wird; z. B. il as un beau cheval. — Ital. discordanza dammaschina.
 
Velum, m. (lit.), das Kelchtuch, le voile de calice.
 
Vendémiaire, m., Herbstmonat, m., (22 September — 21 October). — Vergl. vindemiare, vendanger (vinum et demere, ôter.) — Vendémiaire (hist.). journées des 12 et 13 vendémiaire an IV (4 et 5 octobre[S. 464] 1795), ou le 13 vendémiaire, époque d'un soulèvement contre la Convention, qui allait être remplacée. Les sections de Paris retentissaient de discours en opposition avec un décret qui prescrivait de prendre parmi les conventionnels les deux tiers des membres du corps législatif. Quelques milliers d'hommes s'armèrent pour attaquer la Convention; Bonaparte défit les insurgés.
 
Vénérable, m. Titre du franc-maçon qui préside une loge, der Ehrwürdige.
 
Vengeancè, f., die Rache. — Engl. vengeance.

Une femme a toujours une vengeance prête. (Molière).
Chi vuol justa vendetta
In Dio la rimetta.
La vengeance souvent nous mène au repentir.


 
Vengéren, venger, rächen. — Engl. venge.

Hélas! quand il se faut venger de ce qu'on aime,
Qu'il en coûte pour se venger. (Quin.)


 
Ventre a terre, avec une grande vîtesse, im gestreckten Galoppe.
 
Ventriloque, m., formé de deux mots latins, venter, ventre, et loqui, parler, der Bauchredner. — Cet art de parler la bouche fermée et de sembler tirer les paroles du ventre n'était pas inconnu chez les anciens. Les pythonisses employaient ce moyen pour rendre leurs oracles. — Lat. ventriloquus; engl. ventriloquist;
 
Verbaliséren, verbaliser, dresser un procès-verbal, zu Protokoll bringen, ein Protokoll aufsetzen.
 
Verbannen, part. verbonnen, verbinden, bander, panser. — Prés. Ech verbannen, du verbenns, e' verbennt, mir verbannen, dir verbannt, sie verbannen.
 
Verbetzen, part. verbetzt, verderben, zu Schanden machen, gâter, gaspiller, wird besonders vom Essen gesagt. S. Verwóschten.Vgl. obd. verbitzen, verschnitzeln, verstümmeln.
 
Verbiden, part. verdoiden, verbieten, défendre. — En hoit mech vernannt, wât Gott verboiden hoit, er hat mich auf die schrecklichste Art heruntergemacht, il m'a dit pis que pendre. S. verboiden.
 
Verblattzen, part. verblattzt, verschießen (von Farben), se passer, s'altérer. — Dât Stofft as verblattzt, dieser Stoff ist verschossen, cette étoffe est déteinte.
 
Verblècht, s. verblattzt.
 
Verboibelt, verbubelt, verwirrt, bestürzt, verlegen, confus, embarrassé.
 
Verboiden, verbiden, part. verboiden, verbieten, défendre. — 't Klugheet verbid alles ze glæwen wât een hért, alles ze mâche' wât ee' kann, alles ze soë' wât ee' wees, an alles ze verzièhre' wât een hoit. La sagesse défend d'ajouter foi à tout ce qu'on entend, de faire tout ce qu'on peut, de dire tout ce qu'on sait, et de dépenser tout ce qu'on a. Verboide' Woir zéht oin, das Verbotene reizt; lat. nitimur in vetitum.
 
Verboireg, m., der Versteckwinkel, la cachette.[S. 465]

 

Eingabe
Wörterbuchtext:
Stichwort:
 
  

 

© 2010 - Projekt LexicoLux des Laboratoire de linguistique et de littératures luxembourgeoises der Universität Luxemburg, in Kooperation mit dem Kompetenzzentrum für elektronische Erschließungs- und Publikationsverfahren in den Geisteswissenschaften an der Universität Trier
Hinweis zum problematischen Wortgut