LLU Lexikon der Luxemburger Umgangssprache
 
Z'ièssendöppen bis Zong (Bd. 1, Sp. 492 bis 493)
 
Z'ièssendöppen, pl. id., m., der Speisetopf, in welchen man Speise thut, um sie wegzutragen, le porte-manger, porte-dîner, le potager, pot de terre ou d'étain dans lequel on porte la nourriture à certains ouvriers.
 
Zill, pl. -en, f., der Ziegel, Ziegelstein, la tuile, la brique.
 
Zill, f., die Frist, der Aufschub, le répit (respirare). — On lit dans le Dictionnaire des gens du monde: »On voit en Europe des familles entières faire le métier de ce qu'on appelle donner le répit. Ce répit tient ordinairement la rage en échec jusqu'à ce qu'on ait gagné Saint-Hubert, dans les Ardennes. Ces familles se croient ou se disent parentes ou alliées à celle de Saint Hubert. Aucune d'elles, dit-on, ne meurt de la rage.« Quand un habitant des Ardennes a été mordu de quelque bête enragée, et que, par des empêchements légitimes, il ne peut sitôt se rendre dans l'église de Saint-Hubert, il doit sur le champ aller trouver quelqu'un qui ait été taillé de la Sainte-Étole, et lui demander le répit. On se met à genoux devant la personne qui a été autrefois taillée, soit homme, soit femme, comme représentant le grand Saint Hubert, et on lui demande répit de la rage. Alors cette personne répond, en faisant le signe de la croix sur le malade prosterné: Allez, je vous donne et vous accorde répit pour 40 jours, au nom de Dieu, de la Sainte-Vierge Marie et du glorieux St. Hubert. Si la personne n'est pas en âge ou en état de demander le répit, le plus proche parent peut le demander en son nom. Ce répit ne dure que 40 jours, à moins qu'on ne le fasse renouveler ou que l'on n'aille en personne à Saint-Hubert.
 
Zillchen, pl. Zillercher, f., die Kinderdutte, das Nutschkännchen, Milchsaugeglas, Saugfläschchen, le biberon.
 
Zillen, part. gezillt, erziehen, élever. — Gud gezillt Kanner, des enfants bien élevés.
 
Zillerei, f., die Ziegelei, Ziegelbrennerei, la tuilerie.
 
Zirkel (hölzen), m., der Stangenzirkel, le compas à verge.
 
Zirkelen, part. gezirkelt, Umstände machen, Anstand nehmen etwas zu thun, faire difficulté de quelque chose, hésiter.
 
, zu, nicht offen, geschlossen, fermé.
 
Zo, zag, zaghaft, aus Furcht zaudernd oder zögernd, craintif, timide, peureux.
 
Zóbrengen (èngem Een), part. zóbroicht, einem ein Glas, einen Trunk zubringen, porter la santé de quelqu'un. — C'est le propino des Grecs, adopté par les Romains. Il ne signifiait pas, je bois, afin que vous vous portiez bien; mais, je bois avant vous, pour que vous buviez; je vous invite à boire. — Ital. brìndisi (bring dir sie).
 
Zock, pl. Zöck, n., der Zug, le trait. — An èngem Zock, tout d'une tire. E' guden Zock dun, boire un grand coup. Et get Söffer, dé èng Pent Wein an èngem Zock ausdrenken, il y a des ivrognes qui boivent une pinte de vin tout d'un trait (unico haustu).[S. 493]
 
Zock, m., der Flaschenzug, le moufle, machine formée d'un assemblage de plusieurs poulies, qui servent à élever et à descendre des poids considérables.
 
Zöcken, part. gezöckt, 1° zucken, faire un mouvement subit; palpiter; 2° schwanken, stocken, zaudern, hésiter. vaciller. — Am Zöcke' leien, in den letzten Zügen liegen, agoniser, être moribond.

E' Mann lóg do am Zöcken; seng Fra wor ontréschtlech.
»O könnt ech fir hiè' stièrwen! G Dód, komm hei sen ech!«
De' Knoche'pétge' kóm, a'góng rîcht op 't Fra zó.
Hoil deen am Bètt, rifft se voll Angscht: Mech loss mat Róh.
Pour son époux mourant une femme éperdue
Veut mourir. La mort vient, et la femme pâlit:
C'est pour lui, non pour moi que vous êtes venue,
Lui dit-elle en tremblant, le voilà dans son lit. (Benserade.)


 
Zocklach, pl. Zocklächer, n., das Abgangsloch (am Rande des Bienenstocks), le trou, l'ouverture de la ruche.
 
Zocklach, pl. Zocklächer, n. (boul.), die Zuglöcher, Oeffnungen an einem Backofen, ouras, conduits par lesquels l'air passe pour favoriser la combustion du bois.
 
Zocknol, pl. -næl, m., der Fügenagel, la cheville d'assemblage.
 
Zodé, m., große Unordnung, Zank und Streit, le grabuge, vacarme.
 
Zógièn, part. zógièn, übersehen, nachgeben, einem etwas zu gute halten, céder, passer, ne pas juger trop rigoureusement les actions, la conduite de quelqu'un, faire la part du diable. — Prov. de l'Ostfrise. De pleiten wil oum 'n koh, gev' leever een to. Dee' wöllt dædegen öm èng Kó, dee' gew léwer èng zó. — Den Daum zógièn, beim Ellenmaaß den Daumen zugeben, auner pouce-avant. Surcroît de mesure que l'on donne, en mettant le pouce à l'extrémité de l'aune. — E' get senge' Kanner zevill zó, er übersieht seinen Kindern zuviel, il est trop indulgent à ses enfants.
 
Zoid, pl. -en, f., die Stütze, le support.
 
Zóklaken, part. zógeklakt, die Thüren, Fenster, u. s. w., mit Geräusch zuwerfen, zuschlagen, fermer les portes, etc., avec force, avec bruit.
 
Zóknæppen, part. zógeknæppt, zuknöpfen, boutonner.
 
Zókommen, part. zókom. — Ech ka mech dees net zókommen, ich kann mich noch nicht darein finden, mich noch nicht von meinem Erstaunen erholen, je n'en reviens pas.
 
Zolwerknapp, m., Berg nahe bei dem Dorfe Zolvern, den man mehrere Stunden weit sieht, le mont Soleuvre. — Le château qui existait sur le sommet du mont Soleuvre a été détruit par les bombardes françaises en 1552.
 
Zónælen, part. zógenælt, zunageln, clouer. — Engl. nail (nähl).
 
Zong, pl. -en, f., die Zunge, la langue. — Holl. tong; engl. tongue; gaunersp. le chiffon rouge. — 't Zong Ièlle' lâng eraus strècken, tirer la langue d'un pied de long. — En hoit seng Zong doheem geloost, er hat[S. 494] das Maul zu Hause gelassen; ital. egli ha lasciato la lingua al beccajo (beim Metzger). — Den Dód op der Zong hoin, avoir la mort sur les lèvres; ital. tener l'anima co' denti.

Huneg op der Zong, Gâl op der Long.
Bouche de miel, cœur de fiel.
Lat. Mel in ore, verba lactis,
Fel in corde, fraus in factis.

 

Eingabe
Wörterbuchtext:
Stichwort:
 
  

 

© 2010 - Projekt LexicoLux des Laboratoire de linguistique et de littératures luxembourgeoises der Universität Luxemburg, in Kooperation mit dem Kompetenzzentrum für elektronische Erschließungs- und Publikationsverfahren in den Geisteswissenschaften an der Universität Trier
Hinweis zum problematischen Wortgut